Creations

Portraits de femmes algériennes

La femme algérienne est l’un des axes incontournables autour duquel se transforme notre société. Consciente de l’épaisseur des murailles à franchir pour accéder à sa liberté, elle ne se lasse pas de mener ce combat au quotidien. Elle s’engage pour que son identité et sa diversité soient reconnues. Les héroïnes du passé sont encore dans nos mémoires pour nous rappeler qu’elles avaient le même idéal. Le mouvement pour son émancipation est l’affaire de toutes et de tous. Témoigner aujourd’hui c’est préparer demain.

Farid Benyaa


La Casbah d’Alger

Comme un cygne paré de sa blancheur laiteuse,
La Casbah s’apprête à recevoir le soleil arqué à l’horizon.
Paraissant immobile, le soleil avance, et la Casbah en révérence ailée, le salue.
Et toi, baie d’El Djazaïr, comme une vierge de Botticelli qui attend tout de l’amour
tu drapes ta nudité en baissant pudiquement les paupières.
C’est la grâce de son sillage qui rend le cygne attirant, c’est la rondeur de la terre qui rend le soleil heureux, c’est aussi le sourire des étoiles qui rend les terrasses joyeuses.

Himoud Brahimi – Extrait de « Casbah Lumière »


Le sud algérien

Moi Dassine et toutes les Dassines sultanes de l’Ahaggar…

Ô Moussa, comme notre écriture targuie tourne du nom qu’on aime et qu’on place au centre d’un feuillet, pour lui faire honneur Moi, Dassine, et avec toutes les Dassines que je suis, tournons autour de toi dans mes réveils, dans mon sommeil, dans mon rire, dans mes larmes, dans mes paroles et jusque dans mon silence.
C’est à la grande loi d’amour qu’obéissent les hommes, les bêtes et les choses, dans un même tourbillon de sable. Combien de temps sommes-nous restés ainsi à écouter la femme bleue, célébrée pour sa beauté, sa sagesse, la sultane de l’Ahaggar…

Dassine, musicienne et poétesse de l’Ahaggar


Villes & Monuments d’Algérie

Entre ta mer et ses flots azur, aux rivages vêtus de pins et d’oliviers,
Et le doux palmier dans le chaud murmure, de ton infini désert que domptent tes chameliers, mon amour te couvre sans aucune rupture.
Je te chante avant toute lettre, les écrits étant dessins de grotte, que l’homme de sa main de prêtre, conjurait la peur à l’ocre de la révolte, dans le graffiti d’une chasse agreste.
Je te chante des cimes de tes monts, sonnant le glas de tes ennemis cupides, leur sang sèche sous l’ardeur de tes vents, lavé dans les crues de ta pluie numide, dans les méandres de l’histoire du temps.
Les voix du Djurjura me séduisent toujours, portées au loin par la chevelure du chêne zen, le ney pleure la belle Nedjma éclat d’un amour, l’écho des oasis répond dans une brise pleine, en harmonie au rythme des mains sur tambour.

Beghdad Mebkhout


Musiques & Danses algériennes

Aux sons du luth, de la flûte et du cithare, elle dansa la danse de la flamme et celle des épées.
Elle dansa la danse des étoles et celles de l’univers. Puis elle dansa la danse de la séduction et de l’envoûtement.
Et le prince subjugué….. Belle femme, belle fille de la grâce et de la joie, d’où vient ton art? Comment peux-tu maitriser la terre et l’air dans tes pas, l’eau et le feu dans ta cadence?
Votre altesse, je ne saurais répondre, mais je sais que…. L’âme du philosophe veille dans sa tête,
l’âme du poète vole dans son coeur, l’âme du chanteur vibre dans sa gorge, mais l’âme de la danseuse vît dans son corps tout entier.

Gibran Khalil


La Fantasia

L’allure du vent devine s’infiltre dans le cœur un bonheur sublime. L’aura de l’étalon illumine splendeur cavalière magie qui rime.
Mustang dans tous ses états purs. Caractère du mal équidé mûr, créature fantastique incarnant Pégase, l’inspiration grecque dans sa belle phase.
La fantasia est un cadeau dans une culture orientale d’un pays. Le spectacle équestre l’habillage beau. Une tradition enracinée à travers le temps, la montée des youyous et les formidables chants, la majestueuse épopée du cheval pur sang.

Badr Alaoui Mrani


Œuvres abstraites

« Si ce n’est mes visages, ma peinture est abstraite »

M’hamed Issiakhem

Menu